Textes

IL N’Y A AUCUN RYTHME ET PAS DE NUIT
Livre, 11x18cm, 96 pages
Label Le Saule

 »
C’est une suite de scènes regardées, dont les directions restent à venir.
Il s’agit de villages ou bien de villes, De pays unis en ce que leurs structures possèdent de communément insoluble, c’est à dire nous.

Dans les poèmes, on répète chaque fois la même tentative: Trouver les lieux, les sujets, l’objet médian puis ce qui, dans le discours des lieux et des sujets, ne trouve pas de réponse. Les passages du livre sont autant d’échecs et de lignes brisées. Ce sont des espaces, n’importe où, expressément vidés pour accueillir quelques fragments d’hébétude.

De ces espaces sans trêve, où la croix et le salut s’associent communément dans un éclat, on ne gardera qu’un geste réticent à la ponctuation. On interrompt la petite scène à l’endroit de sa stupeur, on coupe la bande juste avant la chute, de sorte que le poème ne soit ni ample, ni drôle, ni censé.

C’est dire si l’ouvrage n’est pas neuf, mais de toute catastrophe. On cherche une fois encore à signer l’atrophie du langage comme fondement de toute ivresse, en parlant beaucoup trop.
 »